Des idées à partager …

Cher Député

Cher député,

Aujourd’hui j’ai appris que tu refusais l’amendement voulant faire passer les protections hygiéniques en produits de première nécessité. Tu considère leur utilisation comme non-nécessaire, comme un luxe que s’offrent les personnes ayant des menstruations, tu as comparé leur utilisation à celle du rasoir ou à l’achat d’une place de cinéma !

Au risque de te surprendre, nous, personnes menstruées, ne l’avons pas choisi ! C’est une chose que nous subissons une semaine par mois et qui, sans les-dites protections, nous empêcheraient de vivre. Ce n’est pas par plaisir d’avoir toute la journée une entité coincé dans notre vagin que nous portons des tampons mais bien pour continuer à exercer nos activités quotidiennes.
Nous avons des professions ou des études nécessitant notre présence sans qu’un flux de sang coule le long de nos jambes, sans que nous tachions nos vêtements et toutes les chaises où nous nous asseyons. A moins que vous ne décrétiez que les femmes ne pourront plus sortir de chez elles pendant toute la période de leurs règles, il me parait difficile d’envisager un monde sans protections hygiéniques pour empêcher cet affront sociétal qu’est la « tâche aux fesses ».
Je suis étudiante, avec un budget de 15€ par semaines pour me payer le train, la nourriture et tout autre extra. Or une fois par mois un tiers de mon budget va dans l’achat de tampons, une fois par mois je ne fais qu’un vrai repas par jour (mon budget étant passé dans des choses tellement plus intéressantes). Je suis aussi une personne et en cela, bien que je sois une femme (désolée de l’être), j’ai besoins de faire du sport au moins 2 fois par semaines, ce qui me serait proprement impossible durant mes menstrues sans protection (car oui, la technique du rouleau de papier dans la culotte ne fonctionne pas si l’on est en train de courir).
Et toi, tu oses comparer cela avec le fait de se raser ! Sors un jour sans te raser et tu n’auras aucun problème, sors un jour de règles sans protection et tu verras que c’est un produit de première nécessité. Une femme poilue est inacceptable dans la société, des poils sous des bras féminins sont bien plus mal vus qu’une barbe de 3 jours et pourtant nous ne revendiquons aucunement la nécessité de baisser la taxe des rasoirs ou de la cire, car ce n’est pas comparable ! Alors n’essaie pas de justifier tes décisions irréfléchies par des excuses insensées.

La prochaine fois que tu prendras une telle décision, réfléchi au regard que l’on portera sur ta femme lorsqu’elle sortira avec une belle tache rouge sur son joli tailleur beige.

Merci et très belle journée à toi.

Une femme, avec des menstrues (et bien plus).

28 octobre, 2015 à 11 h 57 min


Laisser un commentaire